médicaments pour maigrir

 Anorexigènes : Amfépramone - Benfluorex - Clobenzorex - Dexfenfluramine - Diethylporpion - Dinintel® - Fenfluramine - Fenproporex - Isoméride® - Médiator® - Moderatan® - Phenmetrazine - Phentermine - Pink hearts - Pondéral® - Prefamone® - Robin's eggs - Tenuate®

Potentiel de dépendance
Dépendance psychique forte pour les dérivés amphétaminiques, modérée pour les fenfluramines.
Syndrome de sevrage même après les sérotoninergiques : dépression.
Tolérance rapide aux effets anorexigènes, conduisant à l’augmentation des doses, à la découverte des effets psychostimulants, et l’apparition des effets indésirables psychiatriques et cardio-vasculaires.
Facteurs de risque : antécédents de boulimie.
Risques
Immédiats
Mydriase, syndrome sérotoninergique, nystagmus, infarctus, hypertension, insomnie, sécheresse buccale. hallucination, épilepsie.
Liés à une utilisation chronique
Dex et fenfluramine : valvulopathies cardiaques gauches ou bilatérales, avec régurgitation mitrale, tricuspide et aortique, avec histologie comparable au carcinome valvulaire (lié à la sérotonine), enregistrées avec la fenfluramine, et la dexfenfluramine, au bout de 9 mois de traitement en moyenne, et conduisant à la pose d’une prothèse et/ou au décès. Ces produits (Pondéral® et Isoméride®) ont été rétiré du marché en 1997, mais un dépistage et une surveillance des sujets traités au long cours est toujours d’actualité.
Hypertension artérielle pulmonaire primitive, effets rare mais incurable, pouvant conduire à une greffe pulmonaire et/ou au décès. Risque multiplié par 30 chez les sujets lors de traitements de plus de 30 mois.
Destruction des terminaisons nerveuses sérotoninergiques.
Dépression, psychose, manie,
Psychose avec les dérivés amphétaminiques comme amfépramone.
Rebond à l’arrêt du traitement : reprise de poids.
Fenfluramine : effets gastro-intestinaux plus fréquents, diarrhée, constipation, dépression somnolence
Effets surtout au début. Hépatite. Pancréatite
Amphétamine et méthamphétamine : Battu - Chalk - Crank - Cris - Cristina - Cristy - Crystal meth - Crystals - Glass - Go fast - Hiropon - Ice - LA ice - LA glass - Meth - Quartz - Rippers - Snot - Speed - Yellow bam - Zip
Inhibition de la recapture de la dopamine.
Les amphétamines induisent de surcroit une libération de dopamine, de noradrénaline, et de sérotonine à partir des terminaisons nerveuses : les amphétamines sont recapturées comme un neuromédiateur, et entraînent la libération de dopamine par un phénomène de transport inverse. Ce mécanisme serait à l’origine de la destruction des terminaisons nerveuses.
Inhibition de la MAO.
Dépendance psychique très forte. Craving intense pour la méthamphétamine.
Syndrome de sevrage avec dépression, hyperphagie, hypersomnie, qui s’améliore en quelques jours généralement. Mais peut persister pendant plusieurs mois. Voir critères diagnostiques du sevrage amphétaminique du DSM IV.
Pour l’amphétamine, à faibles doses, pas de tolérance vis à vis des effets éveillants, mais développement d’une tolérance à long terme vis à vis des effets anorexigènes.
Pour la méthamphétamine, la tolérance est très rapide, et peut se développer avant même la chute des concentrations sanguines.
Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s