médiator (laboratoire Servier)

docteur Frachon irène, médiator : « massivement utilisé comme coupe faim, un des dernier coupe faim d’une grande famille assez efficace qui a été interdite… »

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

médiator (benfluorex) (laboratoire Servier) : amphétamine cachée (fenfluramine)

Benfluorex (Amphétamine)
http://www.pharmacie-madeleine.com/dopage_ie.html
« Probablement identique aux dérivés trifluorométhyl de l’amphétamine ( type fenfluramine). »
http://www.biam2.org/www/Sub1481.html
« 1998: L’assurance-maladie met en garde dans un courrier l’Agence du médicament sur « l’utilisation non contrôlée d’un produit de structure amphétaminique, dans un but anorexigène », le Mediator (Benfluorex). »
« Du fait de leur toxicité, tous les amphétaminiques sont retirés du marché, sauf le Mediator »
« 1er octobre 1999: Selon un compte-rendu de la Commission nationale de pharmacovigilance, «Le benfluorex (nom chimique du Mediator) a fait l’objet d’une enquête «officieuse» dès 1995 en raison de parenté structurale avec les anorexigènes amphétaminiques. Cette enquête est devenue officielle en mai 1998. »
… 
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Benfluorex
« La fenfluramine est une substance active médicamenteuse aux propriétés anorexigènes qui agit directement sur les structures nerveuses centrales régulant le comportement alimentaire par le biais de la sérotonine. Bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) en Europe dès 1965[2] elle obtint son AMM aux É.-U. en 1973. La dexfenfluramine, l’isomère dextrogyre de la fenfluramine, également un anorexigène central sérotoninergique, obtint son AMM en France en 1985 sous le nom de marque Isoméride avant de l’être aux États-Unis en 1996[3] sous la marque Redux. Censée être dénuée des effets indésirables de la fenfluramine, elle fut très largement prescrite avant d’être retirée du marché américain et français en même temps que la fenfluramine en septembre 1997[4] après l’annonce d’effets secondaires graves (valvulopathies cardiaques et hypertension artérielle pulmonaire) provoqués par ces deux substances (parfois en association avec la phentermine), tandis que son efficacité était revue à la baisse. Des procédures judiciaires s’ensuivirent : très nombreuses aux États-Unis et au Canada (fen-phen litigations), elles furent jusqu’à ce jour très limitées en nombre en France – pays d’origine du laboratoire détenteur des brevets – où toutefois cette « affaire de l’Isoméride » a marqué les esprits et laissé une trace dans la jurisprudence »
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les amphétamines cachées (fenfluramine) : médiator (laboratoire servier)

Mediator® (benfluorex)

Il est commercialisé comme traitement adjuvant des l’hypertriglycéridémies et du diabète avec surcharge pondérale.
L’OMS le classe parmi les anorexigènes (parenté chimique avec les anorexigènes amphétaminiques). Ce produit figure d’ailleurs sur la liste des produits dopants au titre des stimulants.
On le retrouve comme traitement à visée amaigrissante dans des ordonnances hors AMM.

Mécanisme d’action

Les amphétamines agissent principalement sur les voies dopaminergiques, sérotoninergiques et noradrénergiques. Sur le système dopaminergique, elles inhibent la recapture de la dopamine (comme la cocaïne), et provoquent de plus la libération massive de dopamine dans l’espace intersynaptique.

Les effets

La prise d’amphétamines entraîne euphorie, facilitation des rapport sociaux, désinhibition, logorrhée, hypervigilance, insomnie, hypermnésie, agitation motrice, tachycardie, hypertension artérielle, mydriase, anorexie, nausée. Cet effet dure quelques heures, la phase de « descente » est ensuite souvent difficile avec dysphorie et état dépressif.

Complications

La toxicité générale des amphétamines est forte. Les complications de la prise d’amphétamine sont l’insomnie, les crises agressives, la psychose amphétaminique (délire paranoïaque aigu avec ou sans hallucinations), et les complications de l’injection intraveineuse le cas échéant. Les amphétamines sont toxiques chez la femme enceinte (avortements, hématomes rétroplacentaires) et le foetus (retard de croissance intra utérin, souffrance foetale chronique, mort foetale in utero).
Les amphétamines induisent une dépendance physique faible et une dépendance psychique moyenne. Chez le consommateur régulier, un syndrome de sevrage est possible: fatigue, insomnie ou hypersomnie, agitation psychomotrice, et surtout état dépressif. La neurotoxicité des amphétamines est forte. Les anorexigènes amphétaminiques ont été retirés de la vente suite à des effets indésirables graves : hypertension artérielle pulmonaire, atteintes valvulaires cardiaques et troubles neuropsychiatriques. 

http://www.ravmo.org/index.php?option=com_content&view=article&id=56:medicaments&catid=29:drogues-licites&Itemid=67

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Livres, médiator (benfluorex) (laboratoire Servier) : dérivé des amphétamines (fenfluramine)

 

En menant des recherches sur le Mediator, j’ai été confrontée à une première difficulté majeure : impossible de savoir ce qu’était réellement ce médicament. Fait aberrant, seul le laboratoire communiquait sur la composition de son produit, sans que l’information ne soit contrôlée par l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, NDLR). La nature du médicament n’était même pas inscrite sur la notice ! J’ai donc interrogé Servier, qui m’a affirmé que le Mediator n’appartenait pas à la même famille que l’Isoméride, ce qui s’est révélé inexact. Pire, il se forme dans l’organisme le même poison toxique pour le cœur et les poumons après ingestion d’un des deux médicaments. Autre dysfonctionnement : l’Afssaps a entamé une enquête sur le Mediator dès 1998, mais elle n’a pas prévenu les médecins… qui ont continué de le prescrire comme si de rien n’était.

http://www.francesoir.fr/sante/irene-franchon-il-faut-tirer-les-consequences-des-scandales.75695

Présentation de l’éditeur

Le drame du Médiator et la liste aberrante des 77 médicaments sous « surveillance renforcée » ont révélé la faillite de notre système de contrôle de sécurité des médicaments.

Ce n’est pourtant que la partie immergée d’un iceberg : 40 % de médicaments inefficaces, le plus souvent français ; des prix accordés aux firmes françaises 2 à 10 fois plus élevés que ce qu’ils devraient être ; des prescriptions délirantes, source de risques pour les patients et de 3 à 4 milliards de dépenses inutiles ; soutien très insuffisant à la coopération indispensable des recherches publique et privée au service de l’innovation thérapeutique ; mainmise d’une administration bureaucratique sur tout le système de santé ; formation initiale insuffisante des étudiants aux médicaments et formation continue et information des médecins abandonnées à l’industrie ; évaluation des médicaments laissée à des pseudo-experts non experts trop souvent payés par l’industrie.

Tout le système est à reconstruire au service des malades, des finances publiques et du progrès thérapeutique. Ce rapport dessine les profondes réformes à apporter d’urgence à un système qui refuse pourtant de se remettre en cause. Sans elles, de nouveaux drames se multiplieront inéluctablement. L’appui des citoyens sera indispensable pour les faire aboutir.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Mediator : des plaintes déposées au pénal

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le médiator est une amphétamine (tf1 vidéo)

http://videos.tf1.fr/jt-we/comment-le-mediator-a-echappe-aux-interdictions-6217438.html

http://www.wat.tv/swfpu/180994nIc0K115512109

Le témoignage d’une victime du médiator (vidéo)

http://www.kewego.fr/video/iLyROoafZ7PK.html

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« La Sécurité sociale connaissait les dangers du Mediator depuis dix ans ! »

Des médecins traduits en justice pour prescription injustifiée. C’est la riposte de la Sécurité sociale dans le scandale du Mediator qui n’en finit pas de s’amplifier. Ce médicament contre le diabète, prescrit comme coupe-faim à près d’un tiers des patients, aurait provoqué entre 500 et 2.000 décès depuis sa mise sur le marché en 1976, selon un rapport de la Sécurité sociale. Malgré les nombreuses alertes des médecins dès 1997, celles des revues médicales et du Comité de pharmacovigilance, malgré son interdiction dans de nombreux pays, le Mediator n’a été retiré de la vente, en France, qu’en 2009

http://www.francesoir.fr/securite-sociale-connaissait-dangers-du-mediator-depuis-dix-ans-63096.html

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire